Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Etape 

Date d'arrivée

Lieu

Province

Protagonistes (+moi)

P

24/08

Lac Kanas

Xinjiang

Dombs, Piers


Article écrit avec la collaboration de Dombs
Dernière chronique de notre virée dans le Xinjiang...

Jour 57 : Jeudi 24 Août 2006

    Après l'étape de Salimu Hu et de Yinning - où nous avons passé 2 jours chez la tante de Gulnaz, l'ultime objectif de notre virée au Xinjiang est de gagner le Lac Kanas - "Hanase Hu" - à l'extême nord de la province. Cette fois on ne peut plus parler de désert, mais des débuts de la Taïga. Ce lac se trouve dans une "réserve naturelle protégée".
    Bien évidemment, il va de soit qu'il y aura une entrée payante, car, en Chine, la nature a un prix, et n'importe quel site plus ou moins agréable ou joli se dote aujourd'hui d'une sorte d'entrée avec un tarif. Le comble est que dans la plupart des cas, aucune infrastructure majeure ne justifie un tel paiement. Mais le plus absurde, c'est que l'entrée se situe généralement sur la route, et que les terrains alentours ne sont pas du tout surveillés. Mais comme le touriste chinois lambda se déplace en véhicule, il n'y a en fait rien de surprenant...
    Quant à l'aspect "protégé" de ce parc, il est clair que ce n'est rien de plus qu'un label, lorsqu'on s'aperçoit que les anciennes barrières détruites de la route - au sein de la réserve - trainent au fond de la vallée, pendant que les nouvelles barrières brillent le long de la route...
    Le lac Kanas étant considéré comme un des plus beaux lac de Chine, on s'imaginait bien que le tarif allait être bien élevé: 130 Y l'entrée et 80 Y pour le services des navettes au sein de la réserve (pour info : ces 210 Y équivalent à un tarif de car pour une distance de 1500 kms!).
    Un village précède l'entrée du parc. Mais le lac est encore à 32 km de l'entrée et seule une route que les navettes empruntent et qui longe la vallée mène au lac. Lorsque nous arrivons au village, on se lance dès le coucher du soleil dans la montagne tout en longeant à moyenne distance la route de façon à bien situer l'entrée du parc. Notre but est de depasser l'entrée, de rejoindre la route et d'avancer le plus possible dans l'obscurité pour atteindre le lendemain le lac qui est à 32 km. En début de soirée, on dépasse l'entrée, et là, curieusement, il y avait une grille en construction. Cependant, dès lors que nous avions passé cet obstacle majeur, rien n'était encore gagné...


    En effet, 3 étrangers qui marchent de nuit avec de gros sacs attireraient l'attention de n'importe qui...Qui plus est, depuis la montagne, nous avions aperçu plusieurs véhicules de police emprunter la route. Notre technique était alors simple : nous marchions dans le noir - route non éclairée - , et dès que des phares de voitures apparaissaient au loin, on se cachait sur le côté. Ce petit jeu, certes efficace, nous a tout de même retardé dans notre avancée. Même dans l'obscurité, malheureusement la lune n'était pas au rendez vous, le spectacle était chaleureux. La rivière nous berçait. Les bornes kilométriques se succédaient, c'était bon signe...mais le plus fatigant, c'était de se relever avec nos sacs après le passage d'un véhicule...surtout quand juste après s'être remis en marche après un saut précipité sur le bas côté, un autre apparaissait!!
    Finalement, on plante la tente au kilomètre 15 - la moitié du chemin est parcouru et on dort, à 5 mètres de la route, notre tante étant cachée par un talus.

Jour 58 : Vendredi 25 Août 2006

   Après un réveil laborieux, sous la lumière du jour, on continue notre route, cette fois sans se cacher. En effet, nous étions suffisemment loin de l'entrée pour éveiller de gros soupçons. Quoi que, nous n'étions pas si sereins...
    A la lumière du jour, on se rend aussi compte de la couleur magnifique de la rivière qui coule depuis le lac vers lequel on se dirige:




    
Encore une douzaine de kilomètres, des messages trilingues sur la route:


    Un poste de police sur la route nous fait prendre un détour par la montagne:


    A 2 km du lac, une forte pluie s'abbat sur nous. Une des navettes s'arrête et nous emmène à destination. Belle surprise : pas besoin de présenter un pass ou un ticket!!!
    Sur place, il faut trouver un coin bien reculé pour installer notre "chez nous" portable...


    ... et c'est chose faite à 50 m de Kanas Hu. On se permet même un petit feu pour se réchauffer...Quel plaisir!!!


Jour 59 : Samedi 26 Août 2006

   
    On décide de monter en haut d'une colline d'où le panorama est splendide avec vue sur la chaine de montagne Altay Shan qui sépare la Chine de la Mongolie, la Russie non plus n'est pas loin.
    La montée en images:









    Succède à la descente une baignade dans une eau relativement froide, agitée par les vagues qui proviennent de ces multiples bateaux touristiques qui font une petite croisière sur le lac...On n'imagine même pas le prix!!!






   On pose ensuite notre bivouac non loin de là où on l'avait posé la veille.


Jour 60 : Dimanche 27 Août 2006


    Cette journée sera uniquement du repos autour du lac avec une très courte ballade, des parties de cartes sur les rives du lac et, bien sûr, des baignades dans cette eau turquoise:






    Après quoi, il faut songer à rejoindre la sortie : à  32 km, et donc faire le chemin inverse. Remarquant que les chinois - car nous étions vraiement les seuls étrangers - (on nous a pris tantôt pour des Kazakh, tantôt pour des Russes, lorsque ce n'était pas pour des Pakistanais - en effet, nous portions des chapeaux kazakhs que nous avait offert la tante de Gulnaz à Yinning)...Je disais...Remarquant que les Chinois entraient vraiment librement dans toutes les navettes, on était trop tenté de prendre place dans un de ces bus et de rejoindre la sortie en un demi heure et non pas en une soirée et une matinée. Le seul risque était de rencontrer un contrôle des tickets...
    On se lance donc dans un bus bleu...petite appréhension... Et puis, on sort de la réserve!!!! Enorme!!!
Un sentiment de clandestinité légitime qui a fonctionné à merveille s'empare de nous. Alors que les taxis nous alpaguent à la sortie pour nous ramener à Burqin - la grande ville du coin - nous sautions de joie comme des gamins, preuve d'une jouissance intense , tout en criant ZERO, ZERO!!!!! Ils ne devaient vraiment rien comprendre...
    Cette soirée dans le village fut bien arrosée...Là où nous mangions nos dernières brochettes de moutons, une fête s'est complètement improvisée avec un Kazak, un Mongol, et quelques touristes chinois...Après quelques verres, nous chantions en un mélange de langues...De la pure folie...
    Le Kazakh, et ses 4 bouteilles d'alcool de riz:




    Dernier bivouac et dernier feu de camp près du village avant le départ pour Urumqi, capitale du Xinjiang. Le voyage touche à sa fin...


Jour 61 : Lundi 28 Août 2006

    Journée de voyage dans un car entre le nord du Xinjiang et la capitale Urumqi.

Jour 62 : Mardi 29 Août 2006

    On arrive à Urumqi très tôt dans la matinée et on prend des billets de car pour le soir même pour Lanzhou, capitale du Gansu, car on n'a pas trouvé de cars allant directement à Xi'an et les trains n'acceptent même plus qu'on achète les fameux billets "sans place".
    On profite de la journée pour visiter le musée de la région autonome du Xinjiang, qui est très interessant et retrace en particulier les différents passages de la route de la Soie dans la Province.
    On prend ensuite un car pour 40 heures et ce voyage sera marqué par un évènement tragique. Pendant une pause sur la route, un des passagers de notre car se fait renverser par un 4x4 qui roulait à plus de 70 km/h et sans les phares. J'ai assisté à l'impact et le malheureux a été projetté à plus de 10 mètres. Le chauffeur de 4x4, lui, a contourné le corps et pris la fuite... Tout le monde se préoccuppait plus de savoir qui avait noté la plaque du fugitif, que de donner les premiers soins à l'homme inconscient. Piers devra même mettre son sweat en guise de couverture sur le type. Le chauffeur de notre car nous ordonne de remonter dans le bus à l'arrivée des secours et on contourne à notre tour ce corps, sûrement mort...
    Moralité, je déteste les 4x4!!

Jour 63 : Mercredi 30 Août 2006

    Ce voyage jusqu'à Lanzhou semble interminable...
      
Jour 64 : Jeudi 31 Août 2006

    On arrive enfin à Lanzhou, peu avant midi. On fonce ensuite à la gare de train pour prendre un train pour Xi'an, car Lanzhou ne doit pas perdre sa dimension de "ville où tu ne fais que très vite passer".
    On prend un train qui nous fait arriver le soir à Xi'an vers 22h.
    Quel sentiment de bonheur que de retrouver ma ville de Xi'an, après plus d'un mois et demi de vadrouille!





A venir :
China tour 2006 n° 14:
Huashan
Tag(s) : #China tour été 2006

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :