Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis Hong Kong... pas d'accent aigu, ni d'accent grave, ni circonflexe ...desole d'avance...

L'aventure en Chine pour ma mere s'arrete ici, a Hong Kong, d'ou elle repart demain matin pour Paris. Hong Kong, c'est le coup de coeur! Je suis vraiment sous le charme de cette ville a la chinoise mais a mi-chemin entre Londres et New York. Urbanisme intelligent ou on se sent a l'aise en tant que miserable pieton dans une foret de building dont certains sont magnifiques (celui de la banque de Chine...), mixite ethnique qui fait plaisir (le building plein de guest houses dans lequel je vis au sud de Kowloon est un veritable mini Barbes!), panorama de folie sur toute la baie depuis le Victoria peak, session plage a Big wave beach (de quoi faire saliver la Burle, qui lit ceci depuis son office a Beijing...).

Tout ca sera raconte en details lors de ma serie de chroniques post estivales!

Demain, apres avoir accompagne ma mere a l'aeroport, je me lance dans une mission solitaire pour les 48h qu'il me reste a Hong Kong dans l'est des nouveaux territoires, plus precisement dans la baie de Sai Kung. Ensuite, je repasse la frontiere a Shenzhen et m'envole pour Chengdu ou je retrouve Dombs pour le deuxieme acte du 2006 China tour!

Je profite de ce post pour parler d'un sujet qui m'a concerne ces derniers temps : la facon desastreuse dont les chinois gerent le tourisme et en font une activite de luxe, uniquement reservee a une classe tres aisee de la population chinoise (de plus en plus grande certes...) ou a des touristes venus de l'etranger et qui peuvent se le permettre.

Je ne parle pas de Hong Kong, qui est un pays a part de la Chine, et ou le tourisme ressemble a celui que l'on peut faire en France.

C'est a Guilin que ce phenomene m'a le plus marque. En plein coeur de la ville, il y a un de ces pains de sucre magnifique qu'on voit dans toute la region mais celui-la a ceci de particulier qu'il a une forme qui rappelle celle d'un elephant qui boirait l'eau de la riviere Li. Bien sur, les chinois ont une legende attachee a cet elephant... Le fait est qu'il est en plein coeur de la ville, sur la riviere qui la traverse et les dirigeants locaux (je sais pas vraiment, qui a vrai dire...) ont trouve le moyen de cacher la vue de celui-ci par un systeme (ingenieux, il faut le reconnaitre) d'arbres plantes tout autour et, si on veut le voir, il faut payer l'entree du nouveau "parc de l'elephant" qui n'est rien d'autre qu'un spot depuis lequel tu PEUX voir ce foutu elephant, et bien sur le photographier a coeur joie (seul interet que beaucoup de chinois semblent trouver dans le tourisme mais ca fera l'objet d'une autre chronique pour bientot..). Bref, l'elephant, c'est un exemple mais il est revelateur d'une tendance qui s'installe en Chine. Le guide du routard 2004 ne parle pas de ticket d'entree pour voir l'elephant car a l'epoque il n'etait pas interdit pour la masse populaire, non prete a payer le ticket d'entree (30 kuais, je crois..), de voir une portion de leur riviere. Imaginez vous un peu qu'on nous empeche de voir un rocher sur la Seine... Toujours a Guilin, et toujours en reference au Routard 2004, le ticket d'entree pour le pic de la beaute solitaire etait indique a 15 yuans et, "Surprise!", on se pointe a l'entree et c'est desormais 50 yuans pour le meme precieux sesame, et, bien sur, pas de tickets pour les etudiants... assez cher pour qu'on le boycotte...

Un autre probleme, plus choquant, c'est qu'en Chine, on paye souvent, pour etre dans des sites naturels, pour lesquels aucune contribution materielle n'a ete necessaire. Je fais reference, par exemple, a la gorge du tigre, dans le Yunnan, ou on nous attendait a l'entree d'un petit sentier battu avec une jolie taxe de 50 yuans, juste parce qu'il faut etre riche pour pouvoir etre en plein milieu de la nature... Faire du trek dans les gorges du Tarn, c'est gratuit, il me semble...

Dernier exemple dans la ville de Lijiang, toujours dans le Yunnan, ou on nous a sorti une taxe de 40 yuans, juste pour etre dans la vieille ville et, si on ne la paye pas, on n'a acces a aucun des sites de la ville (payants aussi, mais la, c'est normal...). Tant pis pour les quelques temples de Lijiang, mais je n'ai pas paye ces 40 yuans et je me suis ballade tranquillement dans les rues de la vieille ville de Lijiang (magnifique, cela dit...).

Je conclus en disant que le plus inquietant reste a venir car toutes ces taxes (je suis oblige de les appeler comme ca...) n'existaient pas ou etaient beaucoup moins importantes il y a quelques annees de cela. Ma mere me racontait qu'en 1977, alors qu'elle etait a Pekin, elle allait souvent dans la cite interdite, alors gratuite et ou le peuple avait l'habitude de sortir en famille. Aujourd'hui, je vous laisse imaginer que l'entree est payante et assez chere pour qu'il n'y ait a l'interieur que des groupes de touristes de chinois aises ou des etrangers. Mais 1977, c'est loin.... Un an avant, Mao mourrait et emportait son reve commusniste avec lui...

Sur ce, a bientot!

Tag(s) : #Autres

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :